Fiction Romans

Note à propos de Jo Jong-nae et son œuvre

Jo Jong-nae fait partie des auteurs coréens contemporains les plus populaires. Il est l’auteur le plus lu dans les milieux universitaires, la lecture de ses oeuvres est fortement recommandée. Malgré la longueur de certains de ses ouvrages (dix à douze tomes pour La chaîne des monts Taebaek, Arirang et Hangang) les ventes ont atteint des sommets inconnus jusqu’alors en Corée, 200ème édition en 2007 pour La chainc des monts Taebaek soit plus dc cinq millions cinq cent milles. Arirang, plus de trois millions cinq cern mille. Hangang, plus de un million cinq cent mille.

Jo Jong-nae s’attache dans la plupart de ses œuvres à décrire la vie des gens simples de la campagne et brosse un tableau sans complaisance de leur acharnement à vivre, de leur peines et de leur maigres joies. Il raconte dans ses fictions les histoires, les épreuves individuelles et les agonies sociales liées à la division de la Corée en Nord et Sud.

Dans Jouer avec le feu, un récit plein de suspens. un ancien partisan communiste, coupable d’atrocités commises cache son passé en se tenant à l’abri derrière une nouvelle identité . Des décennies plus tard il est poursuivi par un descendant de l’une de ses victimes qui exige une vengeance terrible.

Dans Arirang, l’auteur décrit la misère à laquelle est peu à peu réduit le monde des paysans spoliés de leurs terres et opprimés par les colons japonais. Tandis que des gens d’un certain niveau social se font les collaborateurs de la police et de l’armée japonaise , les paysans Sans terre s’engagent dans les milices et luttent pour l’indépendance de la patrie. N’étant pas en mesure de battre les armées japonaises, puissamment armées, ils se fixent en Mandchourie où ils vont combattre aux côtés des troupes de Mao Tsé-tong avec l’espoir que celui-ci à son tour soutiendra leur lutte pour l ‘indépendance de la Corée.

La chaîne des monts Taebaek fait allusion à la chaine de montagnes longue de 480 km qui descend le long  de la côte est, depuis la province de Kangwon jusqu’ au sud à la ville de Busan et formant l’épine dorsale de la péninsule.

Dans cette œuvre, Jo Jong-nae lève le voile sur la triste réalité de ce que fut la vie des petits paysans exploités par les propriétaires terriens qui ont accaparé les terres abandonnées par es colons japonais lors de la capitulation du Japon en août 1945. Pour lutter contre les injustices dont ils sont victimes, de nombreux paysans rejoignent les « rouges » avec l’espoir que les terres seront un jour confisquées aux gros propriétaires comme cela fut le cas en Corée du Nord où le pouvoir communiste en place a exproprié les propriétaires et collectivisé les terres. Ces luttes des partisans contre les propriétaires terriens et les riches en général constituent une occasion unique pour Kim Il-Seong, le leader de la Corée du Nord pour, avec la permission de Staline, envahir la Corée du Sud il l’aube du 25 juin 1950. Mal préparée à une pareille offensive, l’armée sud-coréenne bat en retraite et cède sur tout les fronts. En l’espace d ‘un mois, l’armée populaire de Kim Il-seong submerge les provinces du sud, obligeant l’armée nationale à défendre à tout prix la dernière enclave non encore occupée, à savoir la l’ile de Busan et ses environs tout à l’extrême sud-est de la péninsule. Le gouvernement sud-coréen du président Yi Seung-man, dès les premiers jours du conflit, appela les Etats-Unis à l’aide. Suite à la saisie du Conseil de Sécurité de l’ONU, qui vote l’envoi des troupes en Corée, les Américains prennent le commandement des opérations en Corée et repoussent les troupes nord-coréennes. Au cours de l’automne, ils envahissent la Corée du Nord et finissent par menacer la Chine qui au cours de l’ hiver 1950 envoie quelque 500000 mille hommes pour venir en aide à l’armée populaire et refouler les troupes des Nations Unies. Le front se stabilisant au niveau du 38ème parallèle, l’ armistice sera finalement signé après deux longues années de pourparlers entre les représentants des nations impliquées dans ce conflit. La signature de cet armistice, fit que les deux Corée demeureront en état de guerre pendant encore cinquante quatre années. années qui seront marquées par de nombreuses violations de la frontière et des incidents parfois sanglants. Il aura fallu attendre le 04 octobre 2007 pour que les plus hauts représentants des deux Etats signent un traité de non-agression. Je dois dire, entre parenthèse, que ce traité est plutôt malmené depuis la prise de fonction du nouveau gouvernement à Séoul.

Jo Jong-nae, à travers cette œuvre, traite de la division de la Corée avec un esprit clairvoyant, désireux de surmonter cette partition. La réunification est impossible, à moins, ajoute-il, de mettre de côté l’anticommunisme et de former un jugement plus objectif et plus équilibré permettant de critiquer les fautes et les distorsions du parti de droite et d’affirmer la sincérité et le sens des réalités de ceux qui sont traités de gauchistes ou de rouges.

Les critiques littéraires coréens ont salués ce travail comme étant le chef-d’œuvre de la littérature coréenne de cette fin du 20′ siècle.

Cette œuvre de JO Jong-nae qui est également lue en Corée du Nord a considérablement influencé les esprits dans son pays en révélant ce que beaucoup de gens avaient tout intérêt à garder caché. Il faut noter que Jo jong-nae a eu le privilège, en tant qu’écrivain, d’accompagner la délégation gouvernementale lors de la réunion au sommet des deux chefs d’Etat au début d’octobre 2007.

Biographie

1941 Naissance de Jo Jong-nae au temple de Seon’am-sa dans la province du Cholla du Sud. Quatrième enfant d’ une fratrie de huit (quatre garçons et quatre filles). Son père, moine bouddhiste avait été obligé de se marier pour suivre la politique imposée par le pouvoir colonial japonais.

1948 La famille Jo s’installe à Suncheon où, en même temps qu’à Yeosu eut lieu la révolte dite de Yeosoun, un mouvement insurrectionnel contre la politique du gouvernement pro-américain.

1950 Pendant la guerre de Corée, la famille Jo vit près de Nonsan dans la province du Chungcheong du Sud.

1953 La famille Jo s’installe à Beolkyo où habitaient les oncles de Jo Jong-nae. Il y présenta son premier recueil et devint lauréat du premier prix littéraire de son école.

1956 Entrée au collège de Gwangju, province du Cholla du Sud.

1959 Départ pour Séoul où son père est nommé professeur de lycée.

1960 Admission à l’université de Séoul.

1962 Faculté des Lettres de l’Université Dongguk à Séoul.

1967 Mariage avec Kim Tcho-hye, poétesse de grande renommée en Corée.

1970 Parution successive de deux nouvelles dans la revue de littérature moderne : Accusation injuste et Réputation ternie.

1974 Parution d’ un premier roman : Hwangtto (Terre jaune). œuvre traduite en français.

Paraîtront successivement :

1976 Tripikata.

1977 La terre où il pleut depuis vingts ans.

1978 Han, trace sombre (Le ressentiment).

1981 Tere d’exil. Cette œuvre vaut à l’auteur le prix de Littérature moderne.

1982 La porte de l’homme, consacré par le prix littéraire de la Corée.

1983 Boulnori (jouer avec le feu). La même année, il entreprend la rédaction du roman fleuve La chaîne des monts Taebaek.

1984 Echo, écho. Ce livre obtient le prix des romanciers à Séoul.

1988 l’Âme de la mère. Prix de la culture.

1988 Parution des dix tomes du roman La chaîne des monts Taebaek. Obtient le prix littéraire Dongguk. L’auteur y parle de la guerre de Corée et de ses causes.

1989 Parution dans Hanguk Ilbo (le quotidien de la Corée) sous forme de feuilleton, des épisodes successifs de ce qui deviendra le roman-fleuve Arirang qui raconte ce que fut l’occupation de la Corée par le pouvoir colonial Japonais.

1990 La chaîne des monts Taebaek obtient le prix littéraire Danjae.

1994 Huit associations anticommunistes dénoncent au parquet de Séoul l’œuvre La chaîne des monts Taebaek et son auteur qui est accusé de porter atteinte à la loi sur la sécurité nationale.

1995 Parution des douze tomes du roman-fleuve Arirang. Traduit en français et publié aux éditions L’Harmattan.

1997 100ème réédition du roman La chaîne des monts Taebaek.

1997 L’auteur entreprend son troisième roman-fleuve Hansang en dix tomes dans lesquels il présente la Corée sous le pouvoir des généraux qui ont gouvernés le pays jusqu’en 1988. La même année 1998 le roman Arirang obtient le prix Noshin.

1998 L’œuvre La chaîne des monts Taebaek est traduite en japonais. Une stèle est érigée en l’honneur de JO Jong-nae à Kimjé dans la province du Cholla du Nord où débute le roman Arirang.

2001 Le prix de la littérature et des arts est décerné à l’auteur par la ville de Gwangjou.

2002 Publication des dix tomes du roman-fleuve Hangang. Parution d’un essai : Tout le monde se tient debout seul comme un arbre.

2003 L’auteur obtient le Grand prix de Manhae (célèbre poète et grand résistant contre l’occupant japonais) pour le roman-fleuve Hangang. Parution des trois derniers tomes de Arirang en français aux éditions l’Harmattan. Inauguration de la Maison littéraire Arirang à Kimjé.

2005 Après onze années de procès, le parquet de Séoul en l’absence de preuves, blanchit JO Jong-nae, accusé d’avoir porté atteinte à la loi sur la sûreté nationale. Parution du roman Ingan Yeonseup (devenir un homme).

2006 Parution du roman Ô Haneunim! (Oh mon dieu).

Études faites sur l’ auteur et ses oeuvres majeures

1991 Études sur La Chaine des monts Taebaek, aspects littéraires, historiques et humains .

1995 Étude sur Jo Jong-nae : Le monde de l’auteur.

1995 Nouvelle lecture de La chaîne des monts Taebaek. Étude sur Arirang.

Œuvres traduites en français

1980 La dame de Tchongsan, Paris chez Eibel/Fanlac.

1999 Jouer avec le feu. Paris, Unesco/L’Harmattan.

Terre d ‘exil, Paris, L’Harmattan.

2003 Arirang (12 tomes), Paris, L’Harmattan.

2007 La chaîne des monts Taebaek , (l0 tomes) Paris, L ‘Harmattan

Œuvres traduites en Anglais

1993 Land of exil, New York, Unesco/M.E Sharpe

1997 Playing with fire,  NewYork, Cornel East Asia Series

Œuvres traduites en japonais

1971 Seonsaengnim kihaeng, Tokyo

1973 La dame de Tchongsan, Tokyo

2000 La chaîne des monts Taebaek , Tokyo

Œuvres traduites en allemand

Hwangtto

Œuvres traduites en italien

1996 Terre d’exil

Films sur l’auteur et son œuvre

1975 Terre jaune.

1979 La dame de Tchongsan, Corée KBS TV.

1982 Terre d’exil, MBC TV.

1983 Jouer avec le feu, MBC TV,

1994 La chaine des monts Taebaek. Film projeté par la chaine Arte en France en 1996.

1999 L’écrivain Jo Jong-nac. Corée, MBC TV.

2002 L’écrivain Jo Jong-nae. Coréé, KBS TV.

%d blogueurs aiment cette page :