Recueils

Aujourd’hui l’éternité

Ajourd
Ajourd’hui l’éternité
de KU Sang
Improvisation
 
Cette place où tu es assis                                앉은 자리가 꽃자리니라 !
Est un coussin de fleurs !
 
Cette place où tu es assis                              네가 시방 가시방석처럼 여기는 
Et que, maintenant, tu considères               너의 앉은 그 자리가
Comme un coussin d’épines
Est vraiment un coussin de fleurs.              바로 꽃자리니라. 

              104-105 
 

Le choix du poète n’est pas anodin. Ku Sang nait dans une famille catholique au début du XXème siècle. Sous l’occupation, il part étudier la théologie au Japon. Son esprit s’ouvre au Bouddhisme et il se forge une vision personnelle du rapport entre l’Homme et Dieu.

(…)                                                                             (…)
보다 더 큰                                                                Plus grand que tout cela,
우주 안의 소리 업는 절규 !                                  Un cri muet au milieu de l’univers !
영원을 안으로 품은 방대(尨大) !                       Une immensité embrassant l’éternité ! 
.                                                                             Moi
 
 
 20-23   

Le poète est au cœur de ses textes, qui reflètent un parcours intellectuel hors du commun. Sa pensée est un mélange subtil entre l’Orient et l’Occident, entre les racines catholiques transmises par ses parents et les visions orientales découvertes à l’université. En dépit de ses connaissances, il reste humble et ne donne aucune leçon religieuse ; la relation avec le ciel est une question personnelle. Il produit des textes intelligents qui ne sombrent pas dans les clichés de l’adoration.

La religion est un thème récurrent dans le recueil. Mais l’auteur n’est-il pas théologien? Atteint d’une maladie grave, né dans une période historique difficile, Ku Sang ne tombe pas pour autant dans la lamentation. Son éducation chrétienne revient par petites touches, avec l’éternelle question de la mort et de l’après, le sentiment de culpabilité ou la référence à Adam et Ève, mais celle-ci se mêle à un certain détachement d’inspiration bouddhiste. Nous n’avons jamais l’impression de lire des psaumes ou des cantiques.

Dans une pomme          한 알의 사과 속에는 
 
Dans une pomme        한 알의 사과 속에는
Les nuées évoluent ;  구름이 논다. 
 
Dans une pomme        한 알의 사과 속에는
La terre respire ;       대지(大地) 가 숨쉰다. 
 
Dans une pomme       한 알의 사과 속에는
Les fleuves coulent ;  강이 흐른다. 
 
Dans une pomme       한 알의 사과 속에는
Le soleil flamboie ;    태양이 불탄다. 
 
Dans une pomme                                   한 알의 사과 속에는
La lune et les étoiles murmurent ;   달과 별이 속삭인다. 
 
Dans une pomme, aussi,                그리고 한 알의 사과 속에는

Notre labeur et notre amour         우리의 땀과 사랑이영생(永生)한다.
Vivent d’une éternelle vie.
 
 
 32-33
 

Les poèmes sont simples, sans aucune prétention. Nul besoin d’héroïsme ou de hauts faits, l’homme et son quotidien sont les seuls véritables cœurs de la poésie. Ku Sang se démarque des courants symbolistes raffinés issus d’Occident et à la mode au Japon pour écrire la simplicité et l’authenticité. Son travail de la rhétorique fuit les fioritures pour conserver et mettre en valeur le sens profond de chaque mot. La poésie n’est pas affaire d’artifices, et le poète ne s’en cache pas : « Pour la personne tombée à l’eau, le problème n’est point de se poser des questions, de se demander si elle nage bien ou mal, mais la nécessité de nager d’une façon ou de l’autre pour sauver sa vie » et, tant qu’il me restera un souffle de vie, je continuerai à écrire de la poésie avec une telle détermination et une telle résolution. (Ma poésie, P10).

Malgré sa couverture jaune canari relativement peu esthétique, Aujourd’hui l’éternité est un ouvrage intéressant qui s’adresse à l’Homme. Pratique grâce à son petit format, il est agréable à tenir en main et facile à glisser dans un sac. L’édition proposée est bilingue, ce qui constitue un plus pour tout coréanophile passionné de poésie. Même si la présence de certains caractères chinois dans le texte peut freiner la lecture, on remarquera que les formes sont simples et que le message prône sur la sonorité. Le style de la traduction française est travaillé et cherche lui-aussi l’authenticité, au-delà de l’ambiance poétique traditionnelle à la française qui parfois se dégage de l’écriture.

%d blogueurs aiment cette page :