Cinéma

Les multiples influences de la littérature

De la fin des années 1990 à aujourd’hui

paradoxalement, la demande pour des romans aux histoires originales adaptés en films est aujourd’hui plus grande que jamais. Depuis le milieu des années 1990 jusqu’à nos jours, beaucoup de néologismes sont apparus, mais l’expression la plus culturellement pertinente, est probablement «une source unique aux multiples usages». L’expression décrit un phénomène par lequel un élément culturel est réinterprété et diffusé dans des formats et des genres différents. Un bon exemple: la pièce Yi qui a été transformé en film, et dont le texte a été utilisé pour la version filmique en tant que script. Strictement parlant, ce terme inconnu et étranger est lié à un processus qui est normalement appelé une adaptation. L’adaptation entraîne généralement un seul processus, par exemple, une pièce est transformée en film ou un roman est adapté en film. D’autre part, avec l’expression «une source unique aux multiples usages », l’accent est mis sur le mot « multiples ». En d’autres termes, l’idée est de diffuser une œuvre d’art unique en autant de formes différentes que possible. En cette ère de post-capitalisme, où la valeur du contenu culturel est évalué en terme d’investissements et de profits, il est nécessaire de tirer la meilleure partie d’une source unique.

  Ce phénomène coïncide avec l’avènement des « 10 millions films », des films qui font plus de dix millions d’entrées. Le succès du réalisateur Lee Joon-ik pour son film King and the Clown (2005) était inattendue et a été une surprise pour tout le monde. Signalons ici le fait que ce film est une adaptation de la pièce Yi. L’adaptation cinématographique d’une pièce à avoir autant de succès a son précédent avec Memories of Murder (2003) de Bong Joon-ho. Basé sur Come to See Me, une pièce de Kim Kwang-lim, ce film a été un succès en définissant less années 1980 comme l’âge de l’ignorance et de la violence.

 La pièce et le film étaient basés sur des événements réels – le cas du tueur en série de Hwaseong dans les années 1980 – mais après le succès de Memories of Murder, la pièce Come to See Me n’a pas obtenu beaucoup plus d’attention. D’autre part, le fait que l’auteur de Yi a beaucoup contribué à la version cinématographique réalisée par Lee Joon-ik est assez bien connue. D’autres exemples de pièces devenues des films populaires comprennent The Big Scene de Jang Jin, qui a dirigé cette pièce originale; et Welcome to Dongmakgol de Park Gwang-hyun, adaptation cinématographique de la pièce de Jang Jin. La popularité et l’énorme succès de films basés sur des pièces est l’une des tendances uniques du nouveau millénaire.

  Une évolution notable sur la scène de la littérature coréenne des années 1990 est l’avènement de femmes écrivains d’une trentaine d’année, et une nouvelle forme de la littérature féministe apparu comme un résultat. Des écrivains tels que Eun Hee-kyung, Jeon Gyeong-rin, et Gong Ji-young se réveillent les femmes du sommeil de leur maternité et de leur vie conjugale et les sortent de leur cadre domestique. Le meilleur exemple de ceci est Ardor (2002), de Byun Young-joo adaptation cinématographique du roman de Jeon Gyeong-rin A Special Day That Comes in My Life. Gong Ji-Young, l’auteur de Mackerel et Go Alone Like Musso’s Horn, et Shin Kyong-sook, l’auteur de Deep Sorrow, devinrent toutes deux auteurs à succès et beaucoup de leurs romans ont été adaptés en films. Le féminisme de Gong Ji-young et Jeon Gyeong-rin est différent de la sensibilité féminine qu’affiche les romans de Shin Kyung-sook. Mais ce que ces auteurs ont toutes en commun c’est le fait qu’elles ont créé un nouveau modèle de la féminité avec le soutien d’un lectorat féminin.

  Parmi les adaptations cinématographiques de romans après le milieu des années 1990, un phénomène que nous ne pouvons pas oublier est l’adaptation de romans en ligne. Le premier roman en ligne à atteindre le grand écran était The Soul Guardians (1998). Ce film d’aventure fantastique, qui a été publié sur Hitel, un portail en ligne, tient une place importante dans l’histoire du cinéma coréen. My Sassy Girl n’a pas juste traiter ce phénomène comme une simple mode, mais l’a  pleinement embrassé. Le film est devenu un énorme succès et a été accueillie avec enthousiasme par les fans non seulement de la nouvelle originale mais aussi bien les autres; My Sassy Girl (2001), intitulé « la fille bizarre » en coréen, étant un roman populaire en ligne avant qu’il ne soit porté à l’écran. À l’époque, la culture populaire coréenne était obsédé par toutes les choses « bizarres ». Avant, «bizarre» était un adjectif utilisé uniquement pour décrire des meurtres ou d’actes odieux, mais après le succès de My Sassy Girl, le mot coréen pour «bizarre» est devenu un mot qui décrit tout ce qu’il y a d’étrange ou de bizarre. Forts de la Guiyeoni-mania de cette période, les romans de Guiyeoni ont été transformées en films à trois reprises: Romance of Their Own (2004), qui a aidé l’acteur Kang Dong-won à devenir une idole, Doremifasollasido (2008), et He Was Cool (2004). Malgré des valeurs littéraires et éthiques discutablent, en raison de leur popularité en ligne, ces histoires ont été rapidement adapté au cinéma. Quelle est assez problématique est le fait que, à l’exclusion My Sassy Girl and Romance of Their Own, les versions cinématographiques de romans en ligne ne se sont pas bien classées au box-office.

  Vers le milieu des années 90, l’angoisse sur l’avenir de la littérature a atteint le point d’ébullition. Face à l’assaut de nouveaux médias, les magazines littéraires ont été prompts à discuter de la popularité atténuée et de la mort de la littérature. Mais paradoxalement, comme une source fiable d’histoires originales, les romans étaient de plus en plus importants dans l’industrie cinématographique. Parfois, le film s’est avéré être plus populaire à l’époque de l’histoire originale, un bon exemple en est le deuxième film de Park Chanwook JSA: Joint Security Area, basée sur DMZ, un roman de Park Sangyon. Dans le film de Park Chanwook, une condition coréenne unique – celle de l’état divisé – est distillée dans une image des frontières physiques et idéologiques, et ce faisant, le réalisateur nous montre les réalités de l’état divisé non pas comme une expérience, mais comme une image visuelle .

  Les romans, qui sont aimés par les lecteurs, sont considérés comme appropriés pour une adaptation cinématographique. En fait, les romans populaires deviennent toujours soit des films ou des séries télévisées. Et parmi les adaptations cinématographiques de romans à succès, Marriage Is a Crazy Thing et My Wife Got Married méritent une mention spéciale. Marriage Is a Crazy Thing (2002) de Yoo Ha, adaptation du roman de Lee Man-gyo, parle de comment la vision coréenne du mariage a changé au fil des ans. Ce faisant, le film questionne le mariage lui-même. En définissant le mariage comme une chose «folle», le film dénonce l’hypocrisie du mariage définie comme un système. Le protagoniste féminin, Yonhee, mène une double vie: elle garde un homme sexy mais économiquement incapable comme amant, tout en ayant un homme ennuyeux, mais économiquement stable comme mari. Elle n’est pas différente des patriarches du passé, qui avaient à la fois une épouse et une maîtresse. Les hommes tiennent les femmes vertueuses comme épouses et de femmes sexuellement attrayantes comme maîtresses. Le fait qu’elle ressemble tellement à ces hommes est tout à fait pénible. Le film de Yoo Ha, raconté du point de vue de l’amant secret de la femme, est une représentation réaliste de l’évolution des temps.

  Le réalisateur Chong Yunsu utilise le concept de « polyamour » pour attaquer ce système « fou » portant le nom de mariage. Tout en suivant fidèlement l’histoire originale par Park Hyun-wook, le scénario adapté ajoute quelques fioritures intéressantes, le film tisse des liens entre le football et les rencontres, et entre l’amour et le mariage. Divers épisodes qui se produisent tout au long des fiançailles et du mariage sont étudiés à travers des analogies de football. Si Marriage Is a Crazy Thing est un regard honnête sur la réalité changeante, alors My Wife Got Married est une déclaration audacieuse sur la façon dont la réalité doit changer: si vous aimer deux hommes en même temps, vous devriez être en mesure de vous marier avec eux simultanément.

 Le Vieux Jardin (2006), du réalisateur Im Sang-soo est une adaptation cinématographique d’un roman de Hwang Sok-yong, il nous montre comment un passé récent, en l’occurrence les années 1980, peut être replacé dans un contexte contemporain, et comment il peut être idéalisé. Si  les souvenirs du passé sont une tendance littéraire majeure des années 1990, Le Vieux Jardin de Hwang Sok-yong affiche comment cette tendance peut être mise à jour en ce nouveau millénaire. Im Sang-soo utilise une méthode plus raffiné pour replacer cette histoire pertinemment dans le présent. Le Vieux Jardin dépeint le prototype de la sœur cool, ce type de femmes âgées idéalisées par les garçons dans les années 1980. Aujourd’hui, les «sœurs cool » ne sont nulle part, et tout le monde est occupé à se précipiter pour un dollar. Pourtant, le souvenirs de nos amours passées et les espoirs placés dans la prochaine génération nous offrent une certaine consolation.

 Une tendance notable depuis le milieu des années 1990 aux années 2000 sont les adaptations cinématographiques fréquentes des romans de Yi Chongjun. Sopyonje réalisé par Im Kwon-taek et considéré comme image du cinéma national au début des années 1990, était une adaptation du roman de Yi Chongjun The People of Namdo. Le film raconte l’histoire de Songhwa, qui est aveuglé par son père et le lien fort entre elle et son demi-frère Dongho. Grâce au directeur de la photographie Jung Il-sung, à la photo lumineuse et le réalisateur Im Kwon-taek à la réalisation sophistiquée, un niveau profond de « coréanitude » est pleinement réalisé. Beyond the years, qui était également le centième film réalisé par Im Kwon-taek, est une suite de Sopyonje, et pour le scénario, Yi Chongjun fut directement impliqué. Contrairement au roman, le film ajoute des faits historiques tels que le soulèvement du 3 avril 1948 sur l’île de Jeju et concrétise les relations entre Dongho et Songhwa.

 Secret Sunshine (2007), réalisé par Lee Chang Dong, peut être considérée comme une réponse à la question soulevée par le roman de Yi Chongjun’s The Tale of a Bug. Dans le roman de Yi une femme se suicide après la perte de son enfant, et dans Secret Sunshine, l’histoire est retranscrit en utilisant un emplacement spécifique et les images qu’elle évoque, Lee Chang Dong élargit l’histoire originale, avec des questions sur la relation entre l’homme et Dieu, et l’énergie primaire qui nous maintient en vie. Secret Sunshine est très semblable à The Tale of a Bug, mais en même temps il n’est pas comme l’original.

 Après les années 1990, le goût est devenu un critère important dans la culture coréenne. Cela est en partie du à la diversification de la culture, mais cela signifie également un changement dans la société de son passé autoritaire à une société où le relativisme est pris plus au sérieux. Après les années 1990, à une époque où le goût est devenu un critère absolu, le roman était à un seuil critique, sur le point d’être déclaré mort. On parle d’une crise littéraire sans précédent, mais en même temps, en cette époque sombre de soi-disant « source unique aux multiples usages», la demande pour des romans ayant comme source des histoires originales augmente plus que jamais. À partir des années 1990 jusqu’en 2000, la littérature était dans un état de flux. Considérer le roman comme quelque chose de sacré ou comme une source d’histoires originales: aujourd’hui, l’état de la littérature se situe quelque part entre les deux.

Traduit par Aurore Dauchy

%d blogueurs aiment cette page :