Romans

La ville grise

La ville grise de Hyun Gil-on Editions Imago
La ville grise
de Hyun Gil-on
Editions Imago

Le temps semble s’y être arrêté.

HYUN Gil-On nous transporte dans cette Ville Grise au cours des années 1980, où la politique de modernisation du pays bat toujours son plein et où la constante recherche d’un changement de la société est bien présente. Réformes et innombrables modifications sont pour le héros la clé d’un rêve désespéré : transformer cette ville noire en ville bleue.

In Kyong-Jin, le personnage principal, décide de quitter Séoul et retourne dans sa ville natale, Keumjong. Il est en effet promu directeur des houillères de la ville, mines dans lesquelles il a déjà travaillé deux ans dans sa jeunesse. Froid et sévère, il poursuit obstinément le même but, bercé par ses illusions: faire de cette ville de Keumjong, si noire et dénuée d’espoir, un endroit où il fait bon vivre et où le futur semble radieux. Il veut oublier l’image pathétique de son père, mort d’une maladie développée dans ces mines sinistres, ou celle de sa sœur, assoiffée de vengeance envers son mari violent, qui mit finalement fin à ses jours après l’avoir assassiné, et dont l’existence sombre aura été dénuée de tout sens. Oui, cette période est révolue. Keumjong doit changer. Mais le monde ne peut avancer à la seule parole d’un homme, et c’est avec un grand mépris  que les changements et les réformes du héros seront accueillis par les habitants de Keumjong. Il se démène ainsi, animé d’une volonté brûlante. ‘Je dois faire de cette ville noire une ville bleue, c’est une question de vie ou de mort’. Mais ce projet, ce rêve, n’est au fond que le sien. Corruption, violence, libertinage, jeux d’argent, voyous, fausseté du syndicat, voici la vraie réalité, celle qu’il refuse de voir. La population ne cherche pas à changer et la malhonnêteté règne sur la ville qui ne peut échapper à une institution mise en place depuis de nombreuses années. Tout n’est que fausseté et tromperies, des plus grands cadres aux forces de l’ordre, installant une ambiance relativement cynique. ‘Il est sorti du ruisseau’. Voilà ce que l’on pense d’In Kyong-Ji, de ses discours idéalistes et de sa façon acharnée de s’accrocher à son rêve  qui fait rire jaune. Croit-il pouvoir tout régenter ? Pense-t-il qu’être originaire de la ville lui donne tous les droits ?

Mais contre toutes attentes, celui-ci ne se décourage pas. Même si la population de Keumjong refuse d’être l’instigatrice de ce mouvement de purification en Corée, In Kyong-Jin veut inconsciemment briller. En prétendant travailler pour l’avenir de son pays, il ne cherche qu’à réaliser ses propres idéaux personnels et inscrire son nom dans l’histoire. Malheureusement, cela est un fait dont il ne se rendra compte que trop tard.  Fermeture de nombreux établissements de boissons et de loisirs, envoi des hommes dit malsains dans des camps de purification, grande collectivisation, surveillance des mines, dénonciations… Rien n’est laissé au hasard et absolument tout est surveillé ; les habitants de Keumjong n’osent plus dire mot. Quiconque parle est envoyé aux camps. Même si tout cela apparaît aux yeux du héros comme une manière inévitable de redresser la situation de la ville, tout n’est en réalité qu’une énorme oppression.

Puisque les Houillères devenaient connues à l’extérieur, les habitants étaient obligés de changer, faisant au moins semblant de travailler et d’économiser tout en restant honnêtes, c’est-à-dire vivre correctement. Ils feignirent de s’adapter aux normes. Même s’ils savaient bien que plus de la moitié du contenu des émissions était faux, ils s’aveuglaient. Par peur de jugement des autres, ils étaient forcés de suivre les normes. Ils se surveillaient et se soupçonnaient, si bien qu’ils firent attention aux fautes des autres au lieu des leurs, devenant tous des gens ‘purifiés’ seulement en apparence.’

Mais cette ville bleue, était-elle bien réelle ?

Vous êtes un serpent. Cette ville noire, vous la rendez grise, pas bleue. La couleur grise est facilement changeable. Vous êtes un homme gris. En profitant du tournant de l’histoire, vous vous servez des gens innocents et ignorants pour réaliser votre ambition.’

Et si cette ville poussiéreuse était en vérité devenue grise..? On assiste alors à la désillusion du héros dont les illusions réformistes vont se fracasser contre le réel.

%d blogueurs aiment cette page :