Essais

La Corée au Salon du livre

letterAvec le Salon du livre de Paris qui se déroulera du 21 au 24 mars, occasion nous est donnée de passer en revue les différents éditeurs de littérature coréenne qui seront présents dans la capitale.

  • Domaines  roman et nouvelle.

Actes Sud.

Avec sa collection «Lettres coréennes» fondée en 1989  et dirigée par  Patrick Maurus, Actes Sud peut se prévaloir du titre d’éditeur historique de  littérature coréenne. Son catalogue, environ 40 titres, comprend quelques-uns des auteurs coréens les plus connus en France (Yi Munyol, Yi Chongjun). Les œuvres  publiées balaient en particulier la période  des années 1960 à nos jours, et montrent les défis  auxquels a dû faire face la société coréenne: l’après guerre et la division du pays  (La Place de Choe Inhun, l’Harmonium de Yi Chongjun), le miracle économique (A la façon des années soixante et La surproductivité de Kim Sungok),  le désenchantement de la société moderne (Une nuit bleue et profonde de Choe Inho). En 2011, la collection a largement fait parler d’elle en accueillant le premier roman nord-coréen traduit en français,  Des amis de Baek Nam-Ryong, qui a rencontré un joli succès. En avril 2014, dans la collection «Actes noirs», la maison publiera son premier roman policier coréen, Le Dernier Témoin de Kim Songjong.

Philippe Picquier.

Fondées en 1986 et basées à Arles, les éditions Philippe Picquier concentrent leurs efforts sur la littérature asiatique. Initialement portée sur les œuvres  japonaises et chinoises, la maison  a élargi l’éventail de ses publications à la littérature coréenne depuis le milieu des années 90. Aujourd’hui, Philippe Picquier est sans doute l’éditeur  qui compte le plus grand nombre d’œuvres traduites  du coréen. Que ce soient dans les domaines du roman ou de la nouvelle, une place de choix est accordée aux auteurs femmes, qui ont su  insuffler une dynamique de groupe dans les lettres coréennes  en montrant l’évolution des relations familiales et de couple (La Chambre solitaire et Li Chin de Shin Kyung-sook ; Secrets de Eun Hee-kyung, Ma vie palpitante de Kim Ae-ran). L’éditeur propose également de la littérature de genre (romans policiers) avec  Les romans meurtriers de Kim Tak-hwan, La mort à demi-mots de Kim Young-ha. Il a récemment publié Princesse Bari de Hwang Sok-yong. Depuis 2003 et le lancement d’une collection «Picquier jeunesse», le catalogue intègre des romans pour les plus jeunes et des productions graphiques (Bonjour L’ami de Kang Full, Limbo le Lion de Kim Kyeong-hwa). Signe d’une volonté de donner au lecteur un meilleur aperçu de la diversité de la littérature et de la culture coréennes.

Zulma.

Fondée en 1991 par Serge Safran et Laure Leroy, et principalement dédiée à la littérature contemporaine, française et internationale, l’éditeur propose de prestigieux noms de la littérature coréenne contemporaine comme Hwang Sok-yong (écrivain plusieurs fois cité comme nobélisable qui aborde le thème de l’ouverture à l’occident, de l’oppression politique ou militaire: Le vieux jardin. Monsieur Han. Shim Chong, fille vendue), Lee Seung-u (une œuvre empreinte d’une certaine religiosité qui traite du thème du bien et du mal et de la rédemption: La vie rêvée des plantes. Ici comme ailleurs). L’on trouve aussi des auteurs plus anciens, comme  Yi Sang,  poète du début du XXe  siècle et père de la littérature coréenne moderne, souvent comparé à Rimbaud; ou des textes fondateurs de la littérature, appelés pansori (textes anonymes transmis oralement au fil des siècles et fixés par écrit au XIXe siècle), comme Le chant de la fidèle Chunhyang et L’Histoire de  Byon Gangsoé.

Decrescenzo éditeurs.

Née en 2011 et installée près d’Aix-en-Provence, cette maison d’édition est la seule consacrée exclusivement à la littérature coréenne. Son catalogue compte 12 livres à ce jour et s’étoffe d’un titre par mois en moyenne. Sa ligne éditoriale axée sur la littérature contemporaine voire sur l’extrême contemporain, permet à l’éditeur d’introduire auprès du public français de jeunes auteurs   inconnus jusqu’alors – Kim Jung-hyuk (La Bibliothèque des instruments de musique. Bus errant), Kim Apple (Mina), Kim Ae-ran (Ma vie dans la supérette) –,  tout en suivant des écrivains qui ont déjà rencontré un certain succès: Eun Hee-kyung (La voleuse de fraises) ou Yi In-seong (Sept méandres pour une île). Apportant  une meilleure compréhension de la société coréenne contemporaine au travers de sa jeune littérature, la maison d’édition a en outre publié en janvier 2014 une revue de littérature coréenne sous le titre de Keulmadang N°1 – Séouliennes.

Serge Safran éditeurs.

Apres avoir apporté de nombreux projets de livres coréens chez Zulma, Serge safran continue son travail de découvreur de plumes sous son propre label fondé en 2011. Il inaugure son catalogue coréen avec deux titres : Adieu le cirque de Cheon  Un-yeong et Le vieux journal de Lee Seung-u.

 

  • Domaine Théâtre

Imago.

Fondée en 2002 par Hervé Péjaudier et Han Yumi, la collection «Scènes coréennes» de Imago propose principalement des œuvres de théâtre, que celui soit  de facture classique (Le dit du palais sous la mer. Le dit de Sichuan), moderne ou contemporaine ( A la soupe de Lee Gun-sam). Il est à noter que ce travail éditorial est souvent accompagné d’un travail d’adaptation puisque nombre de pièces ont été présentées dans les différents festivals et sont surtitrées par ce même couple de traducteurs. La collection, qui compte actuellement une vingtaine de titres, présente également des romans et des recueils de nouvelles, au titre des plus connus : Ecrits de sang de Yi Sang, Interdit de folie de Yi In-seong.

 

  • Domaine Poésie

Belin.

L’éditeur Belin a publié une importante somme  sur la poésie coréenne contemporaine avec sa revue Poésie (numéros 139/140, spécial Corée). Dans sa collection « l’extrême contemporain » dirigée par Michel Deguy, il propose également les œuvres du grand poète coréen Ko Un.

William blake &co.

Crée en 1976, la maison d’édition fondée par Jean-Paul Michel comprend une collection « Notre Asie prochaine » où l’on trouve plusieurs  grands noms de la poésie coréenne : Yi sang, Kim Su-yong ou Hwang Ji-u.

 

  • Domaines littérature de jeunesse et bande dessinée.

Cambourakis.

Maison fondée en 2006 à Paris, cet éditeur indépendant de bandes dessinées  publie à son rythme  bandes dessinées et albums de jeunesse coréens. On peut citer comme récentes parutions 3 grammes de Jisue shin (bande dessinée) ou Le tapir aux pas de velours de Kim Han-min (album jeunesse)

Chan-Ok (label Flammarion).

Créée en 2006 par Hélène Chan ok Charbonnier, la maison d’édition est aujourd’hui un label des éditions Flammarion. Comptant une cinquantaine de titres repartis entre les différentes catégories petite enfance, album et roman, les livres publiés par le label sont intégralement conçus par des auteurs et illustrateurs sud-coréens, et reflètent toute la douceur d’une littérature, d’une imagerie venue d’ailleurs et d’un pays d’une grande richesse culturelle.

Didier jeunesse.

Maison d’édition spécialisée dans les ouvrages illustrés et musicaux destinés aux enfants. On peut citer : Le fil rose de Baek Hee-na, Chapeau renard  et  La jeune fille à la laine de Kim Seung-youn.

Casterman.

Un des plus importants éditeurs de bandes dessinées. Sa collection « Ecritures », publiant initialement des œuvres  en noir et blanc au format roman, passe à la couleur avec l’œuvre  monumentale de Park Kun-woong Fleur (publiée en 3 tomes, un total de  1000 pages pour 5 ans de travail). Fresque du 20ème siècle coréen, l’œuvre est réalisée selon la technique de l’estampe. Son autre collection, «Hanguk», uniquement dédiée aux productions coréennes, présente les œuvres  d’auteurs bien connus, telles que Les nourritures de l’âme de Kim Dong-hwa ou  L’idiot de Kangfull.

Kana.

Kana est créée en 1996 et inaugure son catalogue avec deux manhwas de Lee Hyun-se, Angel dick et Armagedon. La bande dessinée coréenne peu connue à cette époque, ces deux premiers titres connaissent un succès relatif. Le manhwa revient quelques années plus tard et rencontre une meilleure audience avec Les nouilles tchachang, œuvre  adaptée d’un roman coréen de Ahn Do-hyun, puis avec Bicyle 3000, polar coréen basé sur une histoire vraie.

 

Petite bibliothèque des éditeurs présents au salon:

Chez Actes Sud :

Kim Songjong, Le Dernier témoin
Kim CHuyong, Le Bruit du tonnerre
Yi chongjun, Dialogue avec un vieil arbre géant
Baek Namryong, Des amis

Chez Philippe Picquier:

Kim Ae-ran, Ma vie palpitante
Eun Hee-kyung, Secrets
Choi Jae-hoon, Sept yeux de chats
Hwang Sok-yong, Princesse Bari

Chez Zulma:

Lee Seung-u, Ici comme ailleurs
Collectif, Cocktail sugar et autres nouvelles de Corée
Hwang Sok-yong, Monsieur Han

Chez Decrescenzo éditeurs:

Park Min-kyu, Pavane pour une infante défunte
Park Bum-shin, Putain de pupitres!
Kim Jung-hyuk, Bus errant
Jung Young-moon, Pierrot en mal de lune

Chez Serge Safran éditeurs:

Cheon  Un-yeong, Adieu le cirque
Lee Seung-u, Le vieux journal

Chez Imago:

Kim Yeonsu, Je suis un écrivain fantôme
Hyun Gil-on, La ville grise
Song Sok-ze, A qui mieux mieux
Lim Chul-woo, La terre des ancêtres

Chez Belin :

Revue poésie, numéros 139 /140 Spécial Corée
Ko Un, Chuchotements et Dix mille vies

Chez Cambourakis :

Jisue Shin, 3 grammes
Kim Han-min, Le tapir aux pas de velours

Chez Chan-ok (label Flammarion):

Bae Yoo-an, Les lettres du secret
Linda Sue-Park, Fleur de jade
Lee Hyeon-ju, Une fenêtre magique
Kim Hyang-keum, Jumong

Chez Didier Jeunesse:

Baek Hee-na, Le fil rose
Kim Seung-youn, Chapeau renard et La jeune fille à la laine

Chez Casterman :

Park Kun-woong, Fleur (3 tomes)
Kim Dong-hwa, Les nourritures de l’âme

Chez Kana :

Hyung O-se, Bicycle 3000
Byun Byung-jun, Mijeong et Première neige

 

Si l’on compte le nombre d’œuvres  coréennes traduites en français chaque année (tous domaines confondus exception faite des sciences humaines), on atteint la centaine d’ouvrages. Aussi faudrait-il ajouter à cette liste d’éditeurs présents au salon du livre, d’autres noms de l’édition: l’Harmattan, l’Atelier des cahiers, l’Asiathèque, Circé, Sombres Rets, Bruno Doucey, La différence, Flbl, Misma, Atrabile, Akata, Ego comme x, etc.

[toggle title_open= »Pour approfondir » title_closed= »Pour approfondir » hide= »yes » border= »yes » style= »default » excerpt_length= »0″ read_more_text= »Read More » read_less_text= »Read Less » include_excerpt_html= »no »]La littérature coréenne traduite en Français: www.keulmadang.com/blog/la-litterature-coreenne-en-francais-jean-noel-juttet/[/toggle]
%d blogueurs aiment cette page :