Jeunesse Petits

L’éléphant qui habitait dans une fleur

Son auteur, Hwang K.,  est diplômé de la prestigieuse université des Beaux-Arts de Hongik à Séoul, professeur dans une école d’illustration et l’histoire qu’il raconte ici est inspirée par un poème du célèbre Hwang Dong-gyu. Pour toucher juste, l’auteur pour enfants s’appuie souvent sur une vaste culture qui emprunte à de nombreux domaines.

De plus, pour communiquer aussi naturellement avec son public,  Hwang K. garde probablement  le souvenir de ses propres rêves d’enfant, de ses émerveillements d’alors, peut-être de ses lectures aussi. Cette histoire justement, pourrait figurer dans Le Petit Prince de Saint-Exupéry. L’enfant, la fleur, l’animal qu’on apprivoise, l’observation des étoiles même, pour celui qui lit cette aventure à un tout-petit, les références abondent. Il pourra même à l’occasion ressortir son vieil exemplaire de Saint-Exupéry pour en lire des passages choisis à son jeune public. Et l’enfant à son tour laissera vagabonder son imagination au fil des illustrations de Hwang K. pour imprégner sa mémoire sensible d’évocations poétiques du monde, l’enfant aux yeux étoilés, des nuages souriants, une fleur de lys à peine stylisée, dont la corolle épanouie laisse apparaître des étamines qui se révèlent être les défenses ivoirines d’un éléphant lilliputien. L’illustration évoque des techniques de dessin enfantines comme le bol lissé de la chevelure, ou la silhouette du personnage, mais aussi des éléments importants de l’univers des enfants, le contenu d’une trousse, la bille préférée, comme de leur monde imaginaire : une nature vierge, des fleurs idéales, et des éléments de rêve comme les étoiles et cet animal superbe, fascinant qu’est l’Éléphant ramené aux dimensions d’un jouet vivant, plein de vivacité et de malice.

Les acrobaties du petit phénomène réveillent aussi des souvenirs de cirque et de piste aux étoiles, peut-être plus proches de l’imaginaire des parents mais qui rapprochent encore le couple lecteur/auditeur dans cette grosse bulle de rêve.

« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux » écrivait Saint-Exupéry. L’enfant qui écoute l’histoire en regardant les images peut s’identifier complètement à l’enfant du récit, et dans ses rêves, il rencontrera probablement Lilyphant, caché dans la fleur de lys, unique fleur d’une immense prairie verte et ondoyante.

« Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. » Dans cet album aussi, l’enfant le promet : il reviendra demain, sûrement.

Un merveilleux moment de lecture et de rêve qui laissera des traces dans l’imaginaire des petits lecteurs.

Lauréat du Prix des professionnels de l’édition en Corée en 2016.


L’ÉLÉPHANT QUI HABITAIT DANS UNE FLEUR
DE HWANG K.
ÉDITIONS RUE DU MONDE, 48 pages, 16 €.

%d blogueurs aiment cette page :