Cinéma

Ciné-voyage en Corée du Nord

1958, entre Nouvelle Vague et “Rive gauche”, du temps de Sartre et Beauvoir, de Resnais et Godard, cinq hommes filment la Corée du Nord : le cinéaste-acteur Claude-Jean Bonnardot, le dramaturge Armand Gatti, l’écrivain et cinéaste Chris Marker, le chansonnier Francis Lemarque et le philosophe et journaliste Claude Lanzmann.

Cinéma

La renaissance du cinéma coréen (1950-1960)

Après la libération du joug japonais en 1945, la déclaration de la guerre de Corée en 1950, et la proclamation du cessez-le-feu en 1953, le pays est véritablement entré dans sa phase de reconstruction. Avec la diffusion de la culture occidentale moderne, représentée surtout par les Etats-Unis, le public s’est épris du glamour de la vie américaine mis en scène dans les films hollywoodiens.

Cinéma

Deux cas d’adaptation dans le cinéma coréen

Les adaptations cinématographiques de romans en Corée semblent particulièrement – et parfois involontairement – pouvoir parler des enjeux du présent. Deux cas sont symptomatiques : le premier film « Les Liaisons dangereuses » est basé sur un roman français du 18e siècle, le second, « National Security » sur une autobiographie coréenne contemporaine.