Chroniques

Ma mémoire assassine

Mémoire personnelle, mémoire collective, Kim Young-ha revient sur cette même propension à l’autojustification où l’amnésie est au service de la survie identitaire. Avec un humour grinçant, il met l’absurde au service du tragique, dans un style à la fois très personnel et quand même très coréen.

Romans

Fils de l’eau

Dans ce roman paru il y a déjà quelques mois aux éditions Philippe Picquier, Gu Byeong-mo confirme son talent de conteuse. Après le four d’un pâtissier-magicien dans « Les petits pains de la pleine lune »¹, l’auteur nous entraîne cette fois-ci dans le sillage d’un enfant-sirène avec Fils de l’eau.

Romans

A qui mieux mieux

Depuis l’enfance, Song Sok-ze s’abreuve de romans des quatre coins de la planète pour satisfaire son imagination. Avec A Qui Mieux Mieux, il parvient à créer un univers hilarant, plein de réflexions sur la société coréenne d’aujourd’hui. Le lieu? La falaise rouge et son fleuve. L’endroit où se déroule la célèbre bataille navale entre les trois royaumes chinois en 208 après JC.

Romans

Adieu le cirque!

Premier roman de l’auteure reconnue en Corée depuis les années 2000, voici un texte qui plonge le lecteur dans l’abîme des destins d’hommes et de femmes que les circonstances historiques et les contraintes contemporaines broient dans un étau impitoyable.

Romans

Bienvenue

À l’heure du XXIe siècle, où la condition des femmes semble encore être un sujet d’actualité et genèse de tensions sociales, politiques ou encore religieuses, la notion d’égalité entre le sexe féminin et masculin reste une douce utopie. Bien que n’étant plus au goût du jour, le confucianisme a laissé des traces perceptibles à l’œil nu (pour certains) dans le quotidien des coréens.