Chroniques Jeunesse Styles & Cie

Apolline et la vallée de l’espoir

Une jolie fable sur la tolérance et le partage, contre le désespoir, portée par une illustration remarquable.

Une petite fille cultive les tournesols, ils sont sa joie de vivre. Un jour, un nuage noir en forme de loup obscurcit le ciel et peu à peu les tournesols meurent. Apolline se bat, elle se désespère, jusqu’au jour où elle décide de changer de tactique. Une belle découverte pour qui aime la littérature jeunesse coréenne.

Dans un style élégant, le feutre souple et ondoyant de Heng Swee Lim trace les figures de ce monde en retrait, la Vallée de l’Espoir, d’un trait précis à peine appuyé pour contraster les perspectives, et suggérant le souffle tiède d’une agréable brise. Là, l’enfant joue et vit au milieu de soleils innombrables qu’elle entretient et chérit comme autant de caresses. C’est un océan jaune d’or, lui-même illuminé par les rayons que le soleil darde sur la vallée. L’économie de couleurs facilite la focalisation du lecteur, et son identification : lorsque survient le nuage-loup, l’enfant peut projeter sur lui toutes ses peurs, et l’artiste en jouant de sa plume, suggère le danger, et suscite l’inquiétude.

Mais la combativité de la jeune héroïne de cette histoire permet au lecteur, à la lectrice, d’imaginer comment résister à l’adversité.

Apolline et la vallée de l’espoir est un album-message. Un mantra contre l’adversité : quoiqu’il advienne, il faut garder l’espoir et la bienveillance en soi, pour ne pas se laisser envahir par des émotions néfastes qui rétrécissent la vie. Comme les malades qui ont inspiré l’artiste ; ils vivent dans cette vallée et subissent la triple peine de la maladie, du rejet et de l’exil. Pourtant, ils cultivent le sens de l’accueil qui leur permet de rompre l’isolement auquel l’éloignement les contraint.

Une belle leçon de vie dans un monde où l’enfance n’est pas toujours un paradis quoiqu’on dise.


Apolline et la vallée de l’espoir
Heng Swee LIM
Texte français de Christian Demilly
Grasset Jeunesse, 2020, 15€50

Documentaliste dans l' Education Nationale, et très impliquée dans la promotion de la littérature pour la jeunesse, j'ai découvert la production coréenne il y a plusieurs années, et j'ai été emballée! Je m'attache donc dans Keulmadang à en partager les délices avec les lecteurs, sans m'empêcher parfois de chroniquer un roman ou une bande dessinée pour les plus grands.

%d blogueurs aiment cette page :