Jeunesse Manhwa & Webcomics

Crush of Lifetime

La beauté n'est pas tout.

Vous êtes-vous déjà demandé comment vivent les personnes dites « populaires » à l’extérieur des enceintes scolaires ? Comment sont-elles devenues célèbres ? Quels ont été leurs sacrifices pour le devenir ? Que l’on soit populaire, célèbre, riche, aucun obstacle ne se dresse contre la dépression. Ces personnes qui semblent intouchables et insensibles peuvent être tout autant blessées et humiliées que les autres. Pourtant, nous avons tendance à les idéaliser et à croire que tout chez eux est parfait, en particulier leur vie.

Yang Hye-Ji est l’une de ces femmes idolâtrées sur internet. Selon ses nombreux followers, elle représente la femme parfaite : un visage fin, une taille de guêpe, des cheveux toujours bien coiffés et bien entretenus. De l’extérieur, ses admirateurs l’envient et la jalousent. Mais personne ne connaît véritablement sa vie privée. Étonnement, elle n’a pas d’amis, ni de petit ami. Certains pourraient penser qu’elle a fait ce choix pour garder son image intacte, comme les chanteurs de pop-coréenne ; cependant, selon sa famille, Yang Hye-Ji est attitrée du rang d’« éternelle célibataire ». En effet, elle n’a jamais eu de relation amoureuse car, après le premier rendez-vous, aucun des prétendants ne l’a recontactée. Depuis, elle recherche activement l’amour, mais malheureusement, ses critères de beauté lui ferment de nombreuses portes.

Comme la majorité des jeunes femmes, elle recherche l’homme parfait mentalement et physiquement, rendant sa quête plus complexe puisque la perfection n’existe pas. Un matin, réfléchissant à son statut d’éternelle célibataire, Yang Hye-Ji angoisse et ressent le besoin de manger des petits bonbons en forme d’ourson. Elle se précipite vers la supérette la plus proche mais à son grand désarroi, sa sucrerie préférée est en rupture de stock. Un espoir survint lorsqu’elle aperçoit un petit sachet sur une étagère qui malheureusement est réservé et son propriétaire n’est pas très poli. Comme si elle en était dépendante, Hye-Ji ne mâche pas ses mots et fait tout pour avoir ces bonbons, au point d’en devenir inconvenante et virulente envers l’acheteur. Peu de temps après cette interaction, la jeune femme le rencontre de nouveau dans un karaoké, où le garçon aux bonbons découvre l’un de ses secrets. Après ce moment honteux, elle espère ne jamais le revoir, mais comme bien souvent, le destin en décide autrement. 

© KBOOKS (Delcourt)

Crush of Lifetime (전지적 짝사랑 시점), publié depuis novembre 2021 en France par les éditions KBOOKS (Delcourt), est une histoire au premier abord enfantine. Le personnage principal, Yang Hye-Ji, semble être naïf et capricieux, correspondant à une représentation infantilisante et stéréotypée des personnalités populaires. Comme une enfant, la jeune femme n’apprécie pas les réponses négatives, engendrant un comportement irrespectueux et irréfléchi qui laisse apparaitre un manque de confiance en elle. Dans ce premier tome, Hye-Ji recherche l’amour à tout prix. Lorsqu’elle rencontre un homme correspondant à ses critères physiques, elle tombe amoureuse facilement, telle une collégienne désirant découvrir la vie en couple. Bien qu’elle possède un physique avantageux, elle détient, aux premiers abords, une personnalité égoïste et peu plaisante qui la rend irritante.

Bien souvent, la beauté coréenne est un des sujets principaux de films, séries, manhwas… et Crush of Lifetime n’y fait pas exception. Les dessins de Kim Yeonwoo (김연우) sont réalisés avec des traits fins et précis tandis que les couleurs restent dans les tons pastels rappelant la beauté féminine et ses critères. Autrement dit, faisant allusion à la recherche de la perfection. À travers les pages, les lecteurs peuvent remarquer la mise en lumière du culte de la peau blanche (attrait physique autrefois synonyme de noblesse et de richesse), l’un des fléaux esthétiques les plus répandus dans toute l’Asie. Il est également possible d’apercevoir le grossissement des yeux de certains personnages, rappelant de nouveau la pression sociale qui force les personnes à se débrider les yeux pour se conformer à l’apparence occidentale.

© KBOOKS (Delcourt)

« Quand elle était petite, personne n’aurait pensé qu’elle deviendrait aussi jolie que ça. »

En progressant dans l’histoire, Yang Hye-Ji semble cacher aux lecteurs et aux autres personnages un ou plusieurs éléments de son passé. Après certaines paroles de ses camarades, la jeune femme est obligée de se rassurer avec les commentaires écrits sous ses photos, des commentaires positifs et la rassurant sur sa beauté. Aurait-elle eu des problèmes avec son poids ou son image par le passé ? A-t-elle eu recours à la chirurgie ?

Ce passage montre que le personnage principal n’est pas aussi superficiel qu’on pourrait le penser. Il montre un moment de panique soudaine face à une phrase évoquant son passé, un moment de faiblesse qui rompt l’image parfaite qu’elle essaie d’entretenir. Rare dans les livres et d’autant plus dans les manhwas, la présence d’une séance de sport dans le premier tome confirme l’idée que Hye-Ji est peu confiante au niveau de son apparence et qu’elle essaye par tous les moyens de garder sa taille de guêpe. Par ce biais, l’auteur fait apercevoir aux lecteurs l’envers du décor de ces influenceurs : leur travail physique pour être beaux et belles.

« C’est pour ça qu’on voit parfois Hye-Ji, « fille de Chae Hee-Ra » sur le web. »

© KBOOKS (Delcourt)

En plus de ce mystère qui l’entoure, Yang Hye-Ji vit dans l’ombre de sa mère. Celle-ci étant une ancienne Miss Corée du Sud, la jeune femme se doit d’être aussi parfaite qu’elle pour ne pas lui faire honte. Grâce à son image sur les réseaux sociaux, elle se sent aimée et appréciée pour ce qu’elle est ; bien que ce ne soit qu’une façade. 

Le deuxième personnage essentiel de ce manhwa, Jo Ki-Sung, est un jeune homme meurtri par la vie. Au début, son caractère hautain et insensible exaspère au point d’en faire la caricature du « bad boy ». Pourtant, lorsque son histoire est révélée, personne ne peut juger son comportement. Il enchaîne les travaux pour subvenir aux besoins de son petit frère qui se trouve être le dernier membre de sa famille. Pour lui, il met de côté sa propre vie au point de tomber de fatigue pendant ses cours. Ki-Sung a été obligé de grandir prématurément et d’abandonner sa jeunesse pour continuer à vivre convenablement. 

Au fil du temps, les lecteurs se rendent compte que ce livre n’est pas qu’une simple histoire d’amour pour adolescent. Crush of Lifetime traite de sujets importants, surtout pour la population coréenne puisque ces situations leur sont ordinaires, habituelles. Une nouvelle fois, les éditions KBOOKS ont pris la décision de publier un livre où les premières impressions sont souvent fausses. Solo Leveling, True Beauty, Hellbound, et maintenant Crush of Lifetime, possèdent des personnages qui mûrissent au fil de l’histoire et qui ne sont pas ce qu’ils semblent être à l’origine. 

Du bout de sa plume, l’auteur Jeong Halim (정하림) délivre une histoire sincère et prenante. Crush of Lifetime est sa première série de manhwa et comporte actuellement deux tomes publiés – le prochain sortira le 6 avril. Entre école, amour et société, Crush of Lifetime rompt le stéréotype des célébrités et apporte une nouvelle vision des personnages traditionnels.


Crush of Lifetime
Jeong Halim, Kim Yeonwoo
KBOOKS, 14€95.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :