Fiction Jeunesse Styles & Cie

Mon amie Momo

Attention : produit addictif ! Hwang Misun est fan de ses chats, auxquels elle rend hommage à travers des portraits expressifs et colorés, comme dans cet album consacré à Momo, que les lecteurs liront et reliront sans en épuiser le charme.

Momo est une chatte grise et blanche dont le minois un peu aplati prend vite une expression renfrognée très comique quand elle est serrée un peu trop fermement dans les bras de sa jeune maîtresse. Tous les enfants se reconnaîtront dans cette évocation de l’attachement pour le chat. Cet animal de compagnie qui n’accompagne personne, s’en va tout seul et rechigne souvent à la socialisation n’en est pas moins la peluche préférée d’un bon nombre d’individus, bien au-delà des seuls petits. Mais l’animal ne se laisse pas toujours facilement apprivoiser, il se défend parfois vivement, et il faut déployer bien des ruses pour qu’il consente à partager un moment avec vous. Ou bien, il faut tester son attachement, comme va s’y résoudre la petite fille du livre : comment Momo réagira-t-elle à son absence ?

Le grand format de l’album permet d’installer une atmosphère; la palette de couleurs est patinée; bleu, rouge et brun sont profonds mais adoucis par des aplats beiges gravés d’un motif de fleurs plutôt baroque, qui rappelle que Hwang Misun a étudié la gravure. Sur ces aplats se découpe la silhouette rondouillette de la chatte. Y compris pour le personnage de la fillette en mouvement, cette saturation par la couleur crée ainsi une intéressante illusion de relief et de collages. Pas de blanc, hormis la fourrure de Momo, l’atmosphère est un peu étouffante. Peu d’espaces sont explorés, la table à manger où le chat s’invite, un sofa gris où elle se prélasse ; une baignoire sur pieds où les rideaux rayés de douche s’ouvrent sur la scène cocasse d’une chatte tombée par mégarde dans l’eau du bain, sous l’œil goguenard de sa compagne. Chaque double page est ainsi comme un petit théâtre où la comédienne principale expose toutes ses humeurs, dans des poses expressives qui déclenchent les rires. L’utilisation de la même illustration en couverture et en dernière page est un procédé plutôt décevant si l’on attend que l’auteur prolonge la présentation. Mais on peut aussi le voir comme une réponse à la question qui court dans tout l’album : Momo m’aime-t-elle comme je l’aime ?

Car en retrouvant son amie, Momo rend les armes et se laisse étreindre, sans oublier cependant d’adresser au lecteur-spectateur complice, un regard rempli d’agacement qui ne laisse aucune illusion sur la profondeur de son abnégation d’animal « domestique » ! Voilà un chat qui nous change des chats des livres d’images en tout cas !


MON AMIE MOMO
HWANG MISUN
Philippe Picquier, 40 pages, 14.5 €.

%d blogueurs aiment cette page :