Arts en stock Manhwa

Nan Yak

Si vous pouviez voir au-delà de la réalité et qu'une aventure vous attendait dans un autre monde… Iriez-vous ? A vous de choisir.

yogoe
Fantômes ressemblant à des animaux qui peuvent être des bons comme des mauvais esprits. Ils sont omniprésents, invisibles ou possèdent une apparence humaine rendant leur détection impossible.

Chaque roman, poème, lettre, ou bande dessinée, possède le don de faire rêver les lecteurs. Petits et grands, tous s’échappent de la réalité le temps de quelques instants. En plus de permettre aux lecteurs de s’évader de notre monde, la lecture développe à la fois notre esprit critique et notre imagination pouvant changer l’opinion de tout un chacun. Pour Yang Jae Shin (양재신), l’imaginaire est devenu réalité : des choses qui auparavant le dépassaient sont désormais des parties intégrantes de sa vie.

Yang Jae Shin est écrivain par vocation, mais cela ne lui suffit pas pour gagner sa vie. Lors du trajet menant à un travail d’une journée, le jeune homme rencontre une diseuse de bonne aventure. Cette femme âgée essaye d’attirer son attention plusieurs fois sans grand succès. Elle tente une dernière fois en lui disant : « ce que vous cherchez se trouve à l’intérieur des racines » mais Yang Jae Shin n’y fait pas attention. Pourtant, durant cette même journée, lorsque son patron égare un objet, il ne peut s’empêcher de regarder sous les racines d’un arbre et est stupéfait d’y trouver une clef USB. Il décide alors de retourner voir la vielle femme pour lui poser une question importante, car chaque nuit depuis son enfance, Jae Shin rêve d’une jeune femme lui déclarant qu’elle l’attend. Toutefois, il ne connaît rien d’elle, pas même son nom. Sans l’identité de la personne, la diseuse ne peut pas l’aider, tout ce qu’elle peut lui dire est de « prendre ses yeux avec lui« , ceux pour voir la vérité.

« Si vous désirez trouver cette personne, arrêtez de fuir votre destin. » (Prologue de Nan Yak)

Aux premiers abord, Nan Yak (난약), publié sur Webtoon depuis 2019, semble être une histoire tirée par les cheveux. Le personnage principal semble humain, mais au fur et à mesure des pages, son identité devient floue. Il est capable de voir ce que les autres humains ne perçoivent pas, et des marques étranges parcourent ses bras. Lui-même ne comprend pas ce qui lui arrive. La diseuse de bonne aventure semble avoir déclenché quelque chose chez lui, mais ce n’est qu’en lisant la suite de l’histoire que tout devient plus clair.

Nan Yak fait partie des livres qui, bien que fantastiques, font réfléchir le lecteur sur les aspects cachés de notre monde, en particulier sur le folklore coréen composé de yogoe. Dès lors, deux questions se posent aux lecteurs : Est ce que notre monde possède vraiment des fantômes ? Si oui, veulent-ils anéantir les humains ?

L’auteur Jeon Keuk Jin (전극진) met en lumière dès le prologue le terme Nan Yak, qui désigne un temple situé sur une montagne. En faisant de ce terme le titre de son histoire, il fait comprendre au lecteur que cet élément a son importance.

Nan Yak possède un scénario mûrement réfléchi et tout aussi complexe que celui du manhwa Lecteur Omniscient (전지적 독자 시점) écrit par Sing Shong (싱숑). Chaque élément sur les personnages et leur passif se dévoile au fur et à mesure de l’histoire, rendant les lecteurs curieux et impatients. Ce sont des mystères bien pensés et bien cachés dont nul ne peut se douter. Jeon Keuk Jin a imaginé une histoire sortant des codes habituels du fantastique. Il n’existe pas de “pouvoir surnaturel” à proprement parler (seuls les Yogoe ou les moines en possèdent), et l’histoire ne tourne pas autour d’exorcistes comme l’on pourrait croire. Dans ce manhwa, le scénario tourne essentiellement autour des Yogoe et du passé douloureux de Yang Jae Shin, laissant imaginer aux lecteurs la relation mystérieuse entre le personnage principal et le monde spirituel.

Au niveau des graphismes, le dessinateur Park Jin Hwan, également connu pour être le dessinateur de la série manga The Breaker, a favorisé des traits fins, précis, et percutants pour donner un style caractéristique des mangas. Du côté chromatique, les couleurs se dégradent laissant le lecteur observer des nuances de tons clairs devenir des tons foncés afin de donner un aspect plus horrifique à certaines scènes. En ce qui concerne les décors, ils sont superbement réalisés, composés de beaux paysages jonglant entre les constructions du passé et celle du présent. Ils donnent au manhwa un aspect réel contrastant avec le graphisme des personnages à l’allure manga.

Park Jin Hwan a su rendre à travers ses dessins nets et détaillés, une bonne compréhension de l’action lors des scènes de combats, action plus difficile à réaliser que l’on ne pourrait croire. De plus, son travail sur les personnages est aussi remarquable. Le temps mis à leur conception ne doit pas être négligeable au vu de la qualité graphique. Dans ce manhwa, Park Jin Hwan, a montré qu’il pouvait dessiner des éléments chaleureux et beaux mais aussi, beaucoup plus sombres et plus sanglants avec le même perfectionnisme.

Débutant sa carrière en 1990, Jeon Keuk Jin enchaîne les scénarios et devient l’un des principaux acteurs de la BD coréenne, participant par la même occasion à l’exportation des manhwas à l’international. Il reçoit par ailleurs en 2002 le prix « manhwa de nos jours ». Après le succès de Sabre et dragon (열혈강호) et The Breaker (브레이커), Nan Yak rejoint le panthéon de l’auteur. 93 chapitres sont publiés à ce jour, et malgré que la fin approche, les fans espèrent avec impatience une version papier. Avec son histoire atypique et ses graphismes renversants, Nan Yak transportera tous les lecteurs. Alors, à vous de choisir.


Nan Yak
Jeon Keuk Jin et Park Jin Hwan
WEBTOON, 93 chapitres

%d blogueurs aiment cette page :