Nouvelles

Bus errant

Recueil de nouvelles venant compléter La bibliothèque des instruments de musique, Bus errant nous emmène sur les traces de quatre protagonistes haut-en-couleur, détournant les codes et les sons d’une société à laquelle ils n’échappent pourtant pas.

Romans

La ville grise

Ici s’ouvre une porte inconnue, noire, pleine de poussière. Au creux des montagnes de Yongma, là où l’espoir semble s’être envolé, les houillères de Keumjong demeurent telles quelles, comme une peinture flottante.

Petits

Au cochon porte-bonheur

Une drôle d’enseigne pour une drôle de boutique : Au cochon porte-bonheur ! Le narrateur de cette histoire observe d’un regard curieux les adultes autour de lui, qui, contrairement à leurs habitudes, décident de s’installer devant le magasin pour ne pas en rater l’ouverture.

Manhwa

Ramdam à tous les étages

Auteur de deux manhwas consacrés à la Corée du Nord (Le visiteur du Sud et Mission Pyongyang, édités chez FLBLB), Oh Yeong Jin est bien connu pour ses albums fortement politisés, abordant de front, mais non sans humour, l’idéologie liberticide du Nord.

Manhwa Une société en métamorphose

Sous l’eau, l’obscurité

Une drôle de bande dessinée, un constat assez triste, désabusé, sur une enfance évanescente. Min-sun est la petite soeur de Min-ji, qui est la meilleure de sa classe et championne de natation. Il faut dire que sa maman surveille de près sa fille aînée: elle-même femme au foyer, elle est responsable de la réussite de ses enfants. Par ailleurs, elle passe beaucoup de temps à jouer en bourse.

Romans

La route 101

Deux hommes se réveillent après une nuit arrosée dans San Francisco, dépouillent leurs hôtes, et filent direction Los Angeles. Telle est l’entame du roman de Choe Inho, une nuit bleue et profonde, relatant le voyage sur la route de deux Coréens exilés aux Etats-Unis. Sous l’apparente simplicité du propos, l’oeuvre aborde des thèmes difficiles: exil, mondialisation et “Rêve Américain”.

Recueils

Aujourd’hui l’éternité

C’est à un prêtre français parti en mission pour la Corée à la fin des années 1950, Roger Leverrier, que nous devons la publication de ce recueil de poèmes. Devenu professeur quelques années plus tard, sa traduction de Ku Sang parue en 1988 aux éditions de La Différence est un hommage à la pensée extrême-orientale et à un pays qu’il n’a plus voulu quitter.

Sciences Humaines

les Coréens

Ce livre d’historien qui ne se veut pas livre d’histoire se lira de façon très complémentaire à Histoire de la Corée, du même auteur et paru approximativement à la même période. Essai donc, plus que livre académique, on y découvrira quelques thèses et points de vue avancés par l’auteur Pascal Dayez-Burgeon.