Albums Enfance en livres

La maison de Léo le dino

Une nouvelle autrice-illustratrice, Song Sunok, traduite en français avec une histoire qui encourage l’empathie, sur un mode joyeux et profond, comme un jeu d’enfant.

La maison de Léo le dino est un album pour rire, mais d’une situation parfois délicate : l’idée que chacun devrait pouvoir profiter d’une maison, pour le moins de sa propre maison, voilà le but de cette fable imaginée par Sunok Song, dont le titre coréen pourrait se traduire : « c’est tip-top » !

Tip-Top, le nom d’un village où tout est parfait, rues droites, maisons semblables et carrés d’herbe alignés, couleurs tendres : un village de collection servi par la reproduction mécanique de l’illustration et une palette pastel, les vignettes s’alignant sur les doubles pages comme dans un dessin animé à la télé.

L’histoire se déroule comme un jeu d’enfant. Petits personnages animaux anthropomorphes, les habitants ressemblent à des figurines pour jouer. C’est d’ailleurs aussi pour cela qu’y cohabitent lapin et dinosaure. Car la différence est vraiment de taille entre tous les deux, et le gigantisme de Léo le dino suscite des regards bizarres de la part de son voisin. D’autant plus que Léo est un représentant Diplodocus !

Song Sunok
© Song Sunok / Cambourakis J, 2023

Dans sa maison, Léo se case tant bien que mal ainsi qu’il apparaît dans la représentation qui occupe cette fois toute la page : une pièce unique, carrée avec un toit dessus. Il se tortille, se plie et se replie, s’enroule comme « un roulé à la confiture ». Le fond bleu disparaît peu à peu, envahi par la silhouette d’une belle couleur orangée toujours plus gigantesque de Léo. Et donc, en grandissant, Léo se déploie chaque matin toujours un peu plus lentement, toujours un peu plus difficilement : on suit ses contorsions comiques au rythme des vignettes détaillant ses membres courbatus. Mais toujours de bonne humeur, le dinosaure finit par s’extraire de sa case pour la journée.

Jusqu’à cette nuit d’été où un moustique s’en mêle…

© Song Sunok, Cambourakis J, 2023.

Ah vraiment, tout le monde devrait pouvoir loger dans la maison qui lui convient ! Après tout, la dernière image nous montre bien que le lapin a creusé un terrier sous la sienne, pour s’y blottir confortablement ; un rabat permet aussi de représenter Léo enfin à l’aise étalé de tout sa longueur de diplodocus sur trois pages qui s’alignent : à chacun sa maison selon ses besoins, voilà tout !

Et ça, c’est vraiment tip-top !


La maison de Léo le dino (딱맞아 )
SONG Sunok
Cambourakis J, 2023, 15€

Documentaliste dans l' Education Nationale, et très impliquée dans la promotion de la littérature pour la jeunesse, j'ai découvert la production coréenne il y a plusieurs années, et j'ai été emballée! Je m'attache donc dans Keulmadang à en partager les délices avec les lecteurs, sans m'empêcher parfois de chroniquer un roman ou une bande dessinée pour les plus grands.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.