Poésies Recueils

KIM Cho-hye – Mère

Mère, de KIM Choe-hye, l
Mère, de KIM Choe-hye, l’Armattan

L’auteur retrace avec force et passion la vie de celle qui lui a donné la vie. Chaque lecteur peut ainsi découvrir des images, des souvenirs et des anecdotes qui l’amèneront indéniablement à se questionner sur sa propre conception de la mère. Qu’est-ce qu’une mère ? Comment peut-on décrire sa mère ? Certains gestes et certains souvenirs se vivent et ne s’expriment pas ; difficile de transposer un être humain à l’écrit, d’autant plus lorsqu’il s’agit de sa mère.

Le souvenir d’une mère aimante et attentionnée.

La première image que nous nous faisons de la mère de KIM Cho-hye est celle de la maman perçue par le regard de son enfant. La mère, c’est la première personne que l’on rencontre, le premier contact humain. Le premier autre, c’est la mère, et un autre pas si différent puisque nous en sommes issus. Dès le premier contact avec le monde extérieur, l’enfant trouve amour et protection dans les bras de sa mère.

Quand je tombais à terre,                                                       엎어지고
Ou tremblais de peur,                                                             두려워도
Tu étais là et me consolais.                                                    편히 잡들고
En ta présence,                                                                         깨서 줄거운
Je m’endors en paix.                                                                새날이 되게 하시던
 
                                                                                                       어머니
(14-15)

C’est cette mère protectrice et attentionnée que l’on retrouve dans les poèmes du recueil. KIM Cho-hye se souvient avec nostalgie des moments passés avec sa mère. Dans les mots de sa fille, la mère devient la confidente, celle à qui l’on peut tout dire, tout confier, et qui aura toujours un sage conseil pour éclairer ou un geste tendre pour consoler. La présence de la mère est réconfortante. Et comme la mère se dévoue sans compter, l’enfant peut ne plus avoir peur et commencer à grandir. Aujourd’hui devenue adulte, l’auteure ne peut s’empêcher de revenir au point de départ et à la toute première image de sa mère. Quand cette dernière disparait, c’est le monde entier qui s’écroule. L’enfant perd son premier point de repère et doit apprendre à se réorienter. Chacun des poèmes du recueil Mère est une étape vers l’équilibre.

 

Un message d’amour à une mère courageuse.

Les sentiments et les émotions émanent de chaque texte et s’unissent dans un recueil qui devient un message d’amour, une lettre d’une fille à sa mère qui décide tout à coup de tout lui dire. Devenue mère à son tour, KIM Cho-hye comprend que la figure maternelle va au-delà des impressions de l’enfance. Certains textes révèlent la face cachée des choses, celle que les enfants ne voient pas et ignorent, celle qu’ils apprennent sur le tard. Il est des vérités universelles qui ne s’apprennent qu’avec le temps. Il faut toute une vie pour comprendre la mère.

Ô mère !                                                                               이기는 것고
Tu as tout enduré.                                                             지는 것도
Avec patience,                                                                  모두 참으시던
Tu as vaincu.                                                                    어머니
Avec courage,
Tu as acceptée d’être anéantie.
 
Seule tu as fait face                                                      괴로운 일도
A toutes les difficultés.                                                혼자서 풀고
Tu les as résolues                                                        혼자서 묶으며
Alors que tant de chagrins                                       수수백년의 설움으로
Ruinaient ta santé                                                      당신의 육신은 헐리어지고
Fortement délabrée.
 
Toute ta vie durant,                                                      평생에
Tu n’as pu éviter                                                          구차하고 비굴한 일
Ni la misère,                                                                없으시지 않으련만
Ni l’humiliation.
 
Mais cachée                                                                 꽃 뒤에 숨어서
Derrière les fleurs,                                                      빈 기쁨으로
Dans la joie toute simple,                                         작은 웃음을 짓던
Ô mère !                                                                         어머니
Tu nous souriais

              (60-61)

Comme si elle cherchait à s’excuser pour son ignorance passée, l’auteure fait l’apologie de sa mère et de son travail. Ce n’est qu’en ayant elle-même des enfants qu’elle comprend combien sa mère s’est sacrifiée par le passé. Ses textes sont un témoignage délicat de la difficile réalité d’une mère de famille coréenne dans les années 40-50. En se replongeant dans le contexte de la fin de l’occupation japonaise et de la guerre, en gardant en mémoire le statut de la femme asiatique de l’époque, qui doit se dévouer à son mari, ses enfants et son foyer, le mot courage prend encore plus de force. Chaque texte est un compliment, un remerciement, une preuve d’amour.

A travers sa poésie, KIM Cho-hye dit son amour pour sa mère et ses regrets de ne pas avoir su exprimer ses sentiments assez tôt. Le recueil s’adresse à une mère défunte et retrace son histoire, sa maladie, son absence. Le texte coréen est économe en mots, comme si chaque mot était difficile à écrire et à vivre. J. Byon-Ziegelmeyer nous donne une lecture personnelle plus explicite, plus parlante au lectorat européen. Les deux textes lisibles en parallèle chantent l’amour à la mère, au-delà des langues, au-delà des cultures et au-delà des mots. Rien ne peut freiner l’amour entre une mère et ses enfants, pas même la mort. C’est le message de ce recueil nostalgique mais émouvant.

L’amour maternel                                                          자식을 즐기는
Dans le cœur de ses enfants                                         어머니 사랑
Trouve toute sa joie.                                                       자식의  가슴에
Il y imprime                                                                   물로 새겨지고
Sa marque indélébile.                                                  어머니를 그리는
                                                                                             자식의 사랑
L’amour des enfants                                                      어머니의 가슴에
Pour leur mère,                                                             불로 타면서
Embrase son cœur.                                                      주고 받음이 아니게
Sans attendre de retour,                                              줌으로써
La joie de donner,                                                        섞이게 한다
Les fait fusionner                                                         숨어 있으나
Dans un même bonheur.                                           영원한 근훤
                                                                                         어둠도
Même caché, cet amour                                          빛도
Est une source intarissable.                                    묽게 해
Il répand sa clarté                                                    하늘과 땅을
Sur les ténèbres,                                                        가득 채운다
Et illumine le jour
Pour combler le ciel et la terre.
 
(82-83)

 

Lucie Angheben.

%d blogueurs aiment cette page :