Essais Styles & Cie

Là-bas sous le ciel clair

Le récit touchant d'une adoptée coréenne qui décide de renouer avec son pays natal, son passé, et son identité.

Magnifique récit ! Celui d’une jeune Coréenne, adoptée en France. Elle nous fait vivre une quête, une enquête ! Depuis ses recherches sur sa véritable identité, ses visites répétées en Corée sur les traces de son passé, ses rencontres, ses expériences et états d’âme divers, sa vie en Corée, les moyens qu’elle mobilise pour avancer dans sa quête – celle de retrouver ses parents, plus particulièrement sa maman qui l’a abandonnée bébé –, l’évolution de sa personnalité au fil des années et enfin, comme la roue tourne, la boucle est bouclée… Soo Ja repart comme aspirée par la spirale de la vie !

À travers son histoire, le lecteur explore ce que plus de 200 000 adoptés coréens peuvent ressentir partout dans le monde. Avec ses mots, elle dit ce que sûrement beaucoup ne peuvent exprimer.

Son récit nous émeut, nous interpelle – que l’on soit adopté ou non –, il nous touche. L’auteure nous confie son histoire, qu’elle écrit avec sincérité ; on se sent comme happés par son livre, totalement concernés par ce qu’elle vit au fil des ans et par ses questionnements, parfois bouleversés ou frustrés par ses propres déceptions. L’écriture est pour Soo Ja une thérapie. Elle possède une écriture tendre, un vocabulaire riche, une pensée claire sans jamais tomber dans la sensiblerie. Beaucoup d’adoptés se reconnaîtront probablement dans cette histoire.

Une quête, un chemin initiatique, un questionnement permanent sur le sens d’une vie, un parcours du combattant également ! Une leçon de vie tout simplement. Et en lisant son ouvrage, vous comprendrez parfaitement ce qu’est le han, mais également le nunchi… et même le heung, ces états d’âme si particuliers aux Coréens. 


Là-bas sous le ciel clair
Soo Ja Pracca
Atelier des cahiers, 15€, 2022

Pratiquante d’arts martiaux, passionnée par la Corée, Danielle TARTARUGA écrit dans des revues spécialisées sur les arts martiaux, ainsi que dans la revue Culture Coréenne. Elle est « Best Honorary Reporter » pour Korea.net, la plate-forme d’information officielle du KOCIS (Service de la Culture et de l’Information de la République de Corée).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.