Albums Enfance en livres

Ma ville inconnue

Un nouvel album de Lim Seoha, c’est comme un appel d’air frais, une cuillerée de sorbet sucré et acidulé, une douce voix qui murmure : « Assieds-toi, assieds-toi, et lis-moi ».

© Maison Eliza, Lim Seoha

Une certaine épaisseur de feuille et un grain très doux, conjuguées à une teinte ivoire mat, sont une invitation à feuilleter délicatement ce petit format, nouvel opus de l’autrice coréenne Lim Seoha : une fable urbaine qui invite à la réflexion, dans une atmosphère qui incite au calme pour un moment de lecture paisible et intense à la fois. Des qualités caractéristiques des deux titres de cette autrice au catalogue de l’éditeur Maison Eliza.

Comme naguère les rats de la fable de La Fontaine, deux souris se retrouvent le temps d’une journée. Levi, souris des villes, va faire découvrir à son camarade les lieux célèbres, touristiques, qu’il n’a pas toujours lui-même l’occasion de visiter. Perdu dans l’immensité anonyme, comme le suggère souvent le récit urbain, Levi est une souris parmi la foule, mais chaque tableau qui se déploie sur les double-pages est un clin d’œil, et l’occasion d’un parallèle pour l’enfant lecteur. 

Au fil de la balade, Levi va lui-même faire quelques expériences inattendues, encouragées par son ami, néophyte mais enthousiaste. Ainsi, comme le propose le titre de l’album, l’enfant se projette dans tous ces lieux connus ou moins connus de lui, s’identifiant en retrouvant la sensation de l’expérience ou celle de la curiosité devant cet inconnu si proche et pourtant négligé : une visite au musée, au parc, un tour de manège… De quoi éveiller l’intérêt pour explorer plus avant un environnement dont le quotidien peut parfois paraître plus limité, moins distrayant. L’art de Lim Seoha est de lui donner en outre cet aspect doux et lisse grâce à un crayonné précis et estompé, au rendu presque glacé à l’impression, qui confère beaucoup de légèreté et de finesse à cette évocation à l’allure de déambulation poétique. La palette de couleurs, pastels tendres et tons fumés, semble choisie pour faciliter le rêve éveillé, l’évocation des souvenirs, le surgissement des désirs qui emporte Levi lui-même, puisque le héros de Lim Seoha finit par préparer sa valise pour lui aussi partir à la découverte de nouveaux horizons.

Un album pour développer le goût pour la déambulation urbaine…


Ma ville inconnue
LIM Seoha
Maison Éliza, 40 pages, 13,90€

Documentaliste dans l' Education Nationale, et très impliquée dans la promotion de la littérature pour la jeunesse, j'ai découvert la production coréenne il y a plusieurs années, et j'ai été emballée! Je m'attache donc dans Keulmadang à en partager les délices avec les lecteurs, sans m'empêcher parfois de chroniquer un roman ou une bande dessinée pour les plus grands.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.